Les entreprises françaises sont-elles prêtes pour le Big Data ?

Paris, le 5 septembre 2013

L’étude européenne Business Intelligence Maturity Audit (biMA®) de Steria évalue la maturité des entreprises vis-à-vis de l’analyse du Big Data. L’édition 2013 fait ressortir que, si l’exploitation de ces gisements de données constitue un indéniable levier de croissance et de compétitivité pour les entreprises, les conditions préliminaires à leur exploitation ne sont pas encore remplies. Un niveau de qualité des données insuffisant constitue la principale difficulté pour 34% des entreprises françaises interrogées. L’absence d’une stratégie formalisée et d’une gouvernance dédiée à la Business Intelligence (BI) est également clairement mise en cause, tout comme la pénurie d’experts.

Ces deux dernières années, il s’est créé autant de données que durant tout le siècle. Internet a grossi d’1,2 zettaoctet de données rien qu’en 2011, soit une capacité équivalente à 1,2 milliard de disques durs d’1 téraoctet et plus de contenu que l’ensemble des livres publiés dans le monde entier il y a 10 ans. Par extrapolation, d’ici à 2020, l’univers numérique sera ainsi 44 fois plus important qu’en 2009*.

Le Big Data est aujourd’hui une réalité accélérée par la révolution numérique et la mobilité. Entreprises et organisations sont conscientes de l’existence de ce gisement de données qui représente un indéniable levier de croissance et de compétitivité dans un contexte où elles n’ont pas d’autre choix que de se transformer. Dès lors se pose la question de l’exploitation de cette masse d’informations en évitant l’écueil de « l’infobésité ».

L’étude européenne « Business Intelligence Maturity Audit » (biMA®) de Steria évalue la maturité des entreprises vis-à-vis de la Business Intelligence (BI) depuis une dizaine d’années. Pour l’édition 2013, les entreprises de 20 pays en Europe ont été interrogées afin de dresser un état des lieux de leur maturité vis-à-vis de la BI et du Big Data.

Les entreprises françaises sont-elles prêtes pour le Big Data ?

L’étude biMA® de Steria révèle que 42% des entreprises françaises interrogées considèrent que le Big Data leur permettrait d’améliorer leurs processus de planification et de prévisions et 34% la connaissance et la maîtrise de leur business.
Cependant, seulement 7% des entreprises européennes interrogées estiment que l’analyse du Big Data est aujourd’hui très importante pour leur activité. Les difficultés de gestion de différents types de données, structurées et non structurées, sont aujourd’hui une réalité pour seulement 10% des entreprises françaises.

Comment expliquer le décalage entre le potentiel représenté par le Big Data et la faible prise en compte de cette problématique par les organisations à l’heure actuelle ?

Les conditions préliminaires à l’exploitation du Big Data ne sont pas encore remplies
En l'absence d’outils leur permettant d’extraire les renseignements utiles de cet océan d’informations, les entreprises risquent bien de se noyer. Malgré le potentiel offert par le Big Data, il reste difficile pour beaucoup d’entre elles de se doter des compétences et des outils pour exploiter pleinement leurs données. 
Pour optimiser l’exploitation du Big Data, il faut disposer des bonnes assises en terme de Business Intelligence, qui constituent en quelque sorte les fondations sur lesquelles vont s’ériger l’exploitation du Big Data. Big Data et BI apparaissent ainsi comme parfaitement complémentaires.

L’étude biMA® 2013 de Steria fait ressortir les principaux obstacles qui empêchent aujourd’hui les entreprises d’utiliser les données comme un moteur stratégique de compétitivité :

Un niveau de qualité des données insuffisant constitue la principale difficulté des organisations au regard de leur stratégie BI pour 34% d’entre elles, loin devant les difficultés liées à leur traitement en temps réel (18%), leur volume croissant (16%) et leur hétérogénéité (10%).
L’absence d’une stratégie formalisée et d’une gouvernance dédiée à la BI sont également clairement mis en cause par les organisations : 24%  jugeant les systèmes trop complexes et 21% estimant que la BI ne permet pas de donner une vision globale et consolidée de l’entreprise.
Une stratégie indispensable mais d’autant plus difficile à mettre en place que les compétences dédiées à la gestion des données se font rares sur le marché ; trop rares pour les entreprises qui mettent en cause une pénurie de compétences en BI, et particulièrement de Data Scientists qui constitue un frein pour 27% d’entre elles.

« Aujourd’hui la priorité doit être donnée à la qualité des données internes à l’entreprise. Il est donc indispensable de disposer de données de bonne qualité, organisées, ‘nettoyées’ et standardisées, et de mettre en place une gouvernance permettant de pérenniser ces pratiques, sans quoi le plus performant des traitements analytiques ne saurait produire que des informations peu fiables. Or ces informations sont aujourd’hui vitales pour des entreprises souhaitant maintenir leur compétitivité dans le contexte économique actuel, », détaille Hichem Dhrif, Directeur du Département Conseil Administration, Transport, Défense en charge du domaine d’excellence Entreprise Information Management au sein de Steria France.

La compétitivité des entreprises passera par le Big Data

Un certain nombre d’entreprises ont compris le potentiel à tirer du Big Data et s’y appliquent déjà comme en témoignent les développements réalisés par Steria en la matière dans un grand nombre de secteurs d’activité.
Dans la santé, l’analyse du Big Data aide à stimuler l’innovation et à accroître l’efficacité des soins ou des essais cliniques. Dans le commerce de détail, le Big Data peut aider à accroître les marges opérationnelles, à réduire les gaspillages et à mieux cibler les consommateurs avec des produits et services davantage adaptés à leurs besoins. Même les agences gouvernementales appliquent les techniques d’analyse du Big Data à leurs vastes registres d’administrés pour guider leurs efforts législatifs.

« Le Big Data constitue un véritable levier de croissance pour les économies du monde entier, tous secteurs et toutes tailles d’entreprises confondus. En France, le marché du Big Data devrait être multiplié par 4 d’ici 2016, pour dépasser 1 milliard d’euros,» estime Hichem Dhrif. « Dans les années à venir, il est probable que l’exploitation du Big Data fasse la différence entre les entreprises qui innovent et celles qui stagnent, entre les entreprises rentables et les autres et, au final, soit un facteur de réussite incontournable. »

A propos de l’étude :
L’étude biMA® 2013 sur l’état des lieux du marché et des pratiques de Business Intelligence des entreprises a été réalisée pour Steria par Business Application Research Center (BARC). La méthodologie utilisée s’appuie sur le modèle d’évaluation du degré de maturité biMM® (Business Intelligence Maturity Model) et le biMA® (Business Intelligence Matu¬rity Audit). L’étude, menée sur plusieurs mois, a été réalisée en Europe auprès de 668 participants de 20 pays européens qui ont répondu à un questionnaire en ligne, ce qui en fait l’une des études les plus complètes des pratiques de Business Intelligence en Europe.


*Source IDC : "A Digital Universe Decade - Are you ready ?"