Etude Steria : Près de neuf français sur dix plébiscitent la biométrie comme moyen de lutte contre la criminalité

Paris, le 11 juillet 2013

Une étude de Steria menée auprès de 1 000 français (sur un total de 3 650 personnes interrogées en Europe), révèle que près de 9 français sur 10 (89 %) se disent favorables à l’utilisation de la biométrie pour identifier les criminels. La majorité est pour l’utilisation de la biométrie dans les cartes d’identité et les passeports (81 %), de même que pour contrôler les accès aux zones réglementées (77 %). En revanche, seuls 52 % acceptent que des solutions biométriques viennent remplacer les numéros PIN des cartes bancaires.

Steria, leader européen en conseil et services du numérique auprès des entreprises et des administrations, dévoile les résultats de son étude sur l’usage des technologies d’identification[1], qui révèle que les utilisateurs en Europe ignorent encore quels sont les usages possibles des technologies biométriques et quels avantages ils pourraient en retirer au quotidien.

La biométrie s'impose face aux enjeux sécuritaires, mais doit mieux répondre aux réticences individuelles
 

La plupart des français (89 %) se disent favorables à l’utilisation des technologies biométriques pour l’identification des criminels. Pourtant seuls 52 % accepteraient de voir la biométrie entrer dans leur vie quotidienne et remplacer les codes PIN des cartes bancaires par exemple.

Une majorité de français (70 %) estime en effet que l’usage de la biométrie se limite à la protection contre l’usurpation d’identité, alors que de nombreux domaines de développement sont aujourd’hui envisagés : contrôles automatiques, simplification des procédures administratives, traçabilité des données, lutte contre la fraude ou encore réduction du crime…

Au niveau européen, les français sont plus favorables à l’adoption des technologies biométriques pour l’identification des criminels, que les britanniques (80 %), et les allemands (77 %). Près des trois-quarts (69 %) des sondés en Europe sont pour l’utilisation de la biométrie dans les cartes d’identité et les passeports, ainsi que pour contrôler l’accès aux zones réglementées.

Un marché à fort potentiel

Selon de récentes estimations, le marché mondial de la biométrie représentera 8,5 milliards d’euros d’ici 2015. Cela traduit une formidable évolution des usages de la biométrie. Pour Florent Skrabacz, responsable des activités de Sécurité de Steria « les nouvelles applications de la biométrie, notamment pour la mobilité et les applications en ligne, sont une arme indispensable pour lutter contre les nouvelles fraudes à l’identité numérique ». 

Ces propos sont renforcés par Ole Marius Steinkjer, expert des technologies biométriques chez Steria : « Les applications de la technologie biométrique ne cessent de se diversifier : demandes d’asile, fluidité du trafic transfrontalier, authentification des criminels, contrôle d’accès aux sites militaires, aux dossiers médias, aux comptes bancaires, etc. Pourtant, en raison de préoccupations vis-à-vis de la protection de la vie privée, les citoyens hésitent toujours à adopter cette technologie au quotidien ».

Steria à la pointe des projets de sécurité et d’identification en Europe

Pour avoir déployé des solutions biométriques lors de projets dans 27 pays, notamment au Royaume-Uni, en Suisse, en France, en Allemagne, en Belgique et en Norvège, Steria jouit d’une grande expérience de la question. Cette année, Steria a notamment été sélectionné par la Police danoise pour un programme biométrique d'identification d'empreintes digitales et a annoncé, aux côtés de la Commission européenne, le déploiement de la seconde génération du système d’information Schengen (SIS II), qui prévoit de rationaliser les procédures de contrôle aux frontières de toute la zone et de faciliter la communication entre les Etats membres grâce aux données biométriques. 

« Malgré ces interrogations, de plus en plus d’entreprises adoptent volontiers la biométrie pour leurs besoins d’identification et d’authentification, séduites par les gains d’efficacité promis. C’est le cas des compagnies aériennes, des salles de gym, des boutiques en libre-service, voire des pharmacies pour protéger leurs stocks de médicaments. Pour encourager l’adoption généralisée des applications biométriques, il faut absolument que les entreprises mettent en avant les avantages de ces solutions pour le consommateur » ajoute M. Steinkjer.

A propos de l’étude :

Pour cette étude réalisée par Toluna pour le compte de Steria en juin 2013, 3 650 citoyens ont été interrogés au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, au Danemark, en Norvège et en Suède.
 



[1] Etude menée par Toluna du 31 mai au 7 juin 2013 auprès de 3 650 personnes en Europe, dont 1 000 en France
[2] La biométrie regroupe l’ensemble des solutions d’authentification des individus par leurs caractéristiques physiques, les empreintes digitales, la physionomie (l’iris et les veines notamment).